Au-delà de la crise sanitaire dans la région du Kurdistan irakien

May 3, 2020

ERBIL, Irak — Les forums en ligne, qui font désormais partie de la vie quotidienne dans de nombreux endroits, sont devenus des lieux de conversations prometteuses dans la région du Kurdistan irakien. Les bahá’ís de la région organisent des forums hebdomadaires où des universitaires, des acteurs sociaux, des chefs religieux et des représentants du gouvernement examinent les principes spirituels qui ont rassemblé les gens en cette période de crise et étudient comment ces principes peuvent aider à façonner la vie publique à l’avenir.

Un thème récurrent a été l’unité de l’humanité et la manière dont la société souffre lorsqu’un groupe considère ses propres besoins sans penser aux autres.

« Ces conversations nous permettent d’apprendre véritablement et sincèrement les uns des autres, a déclaré Tahireh Abaychi, représentante des bahá’ís de la région du Kurdistan. Ce n’est pas que l’un de nous ait les réponses. Nous nous voyons sous un nouvel angle avec les intérêts de tous à cœur. »

De nouvelles perspectives permettent aux participants de remettre en question les hypothèses qui sous-tendent les modes de pensée dominants, en remettant en question l’idée que l’intérêt personnel est le moteur de la prospérité et que le progrès dépend de son expression à travers une concurrence effrénée.

Un thème récurrent des forums hebdomadaires en ligne entre les acteurs sociaux de la région du Kurdistan irakien est l’unité de l’humanité et les souffrances de la société lorsqu’un groupe considère ses propres besoins sans penser aux autres. Diapositives
2 images
Un thème récurrent des forums hebdomadaires en ligne entre les acteurs sociaux de la région du Kurdistan irakien est l’unité de l’humanité et les souffrances de la société lorsqu’un groupe considère ses propres besoins sans penser aux autres.

Les circonstances actuelles, ont noté les participants, montrent exactement le contraire : un élan de générosité qui transcende les différences est ce qui contribue au progrès de tous. Certains participants ont fait observer que de telles expressions de bonne volonté ont eu leurs effets les plus profonds dans de petites zones géographiques, où les gens peuvent se connaître, comprendre leurs besoins mutuels et agir pour le bien de leurs concitoyens.

« Qu’est-ce que le bonheur ? Quels sont les besoins ? Qu’est-ce que la prospérité ? Ces termes peuvent désormais être redéfinis, a déclaré un autre participant. Une culture de la consommation promeut l’idée que notre valeur est basée sur la quantité de ce que nous pouvons consommer et accumuler. Mais nous voyons maintenant que le don désintéressé doit être un principe organisateur. »

Des responsables du ministère des Affaires religieuses, dont le directeur du ministère du Département de la coexistence, ont noté que ces discussions se sont révélées utiles pour formuler des plans pour promouvoir les valeurs de la société.

« Le gouvernement étudie activement les politiques qui peuvent aider notre société à sortir de cette crise, plus résilientes et plus attentives aux besoins. Ces conversations aideront ce processus », a déclaré l’un des responsables du ministère.

Se référant aux discussions menées jusqu’à présent, Mme Abaychi s’interroge : « La question est de savoir comment nous pouvons faire en sorte que les principes qui ont été pendant si longtemps en marge de la pensée ou considérés comme idéalistes soient placés au centre de la conscience publique et de l’élaboration des politiques ?

« Cela exigera la reconnaissance de notre unité essentielle et des nombreux actes de générosité vraie et désintéressée, ce qui signifie que la main gauche ne sait pas ce que la main droite a donné. »