Une résolution de l’ONU condamne les violations des droits de l’homme en Iran

19 novembre 2020

BIC NEW YORK — Un comité de l’Assemblée générale des Nations unies a adopté mercredi une résolution appelant l’Iran à respecter les droits de l’homme pour tous ses citoyens, y compris les membres de la foi bahá’íe.

La Troisième Commission de l’Assemblée générale a approuvé la résolution par 79 voix contre 32, avec 64 abstentions.

La résolution appelle l’Iran à « éliminer, en droit et en pratique, […] toutes les formes de discrimination fondée sur la pensée, la conscience, la religion ou les croyances, y compris les restrictions économiques, […] le refus et les restrictions d’accès à l’éducation, y compris pour les membres de la foi bahá’íe […] La résolution demande également de mettre fin aux « autres violations des droits de l’homme visant des personnes appartenant à des minorités religieuses reconnues et non reconnues ».

Pendant plus de 40 ans, l’ensemble de la communauté bahá’íe en Iran a été soumise à une persécution continue parrainée par l’État, que la Communauté internationale bahá’íe (BIC) décrit comme étant multidimensionnelle et affectant chacun de ses membres de toutes les générations, à chaque étape de la vie, et même dans la mort.

Selon la BIC : « Bien que les tactiques spécifiques employées par les autorités iraniennes aient parfois changé, leur objectif de détruire la communauté bahá’íe en tant qu’entité viable en Iran se poursuit pleinement. »

Bani Dugal, la représentante principale de la BIC auprès des Nations unies, a déclaré : « Par divers moyens, les autorités continuent de se concentrer sur cet objectif en s’efforçant d’exclure les bahá’ís de la sphère publique, de les empêcher d’exprimer leurs croyances, de les appauvrir économiquement, de saper leur avancement intellectuel, d’effacer les traces de leur histoire et de leur culture, ainsi que de répandre la désinformation à leur sujet et d’inciter le public à créer un climat de haine les concernant.

« Espérons que l’Iran tiendra enfin compte des recommandations de cette résolution et de l’appel lancé par la communauté internationale pour qu’il respecte les droits de l’homme de ses citoyens. »

La résolution sera confirmée par la plénière de l’Assemblée générale en décembre.