Les habitants d’un village se sont préparés des semaines à l’avance pour protéger leur communauté

March 31, 2020

BAŠELJ, Slovénie — En prenant des mesures proactives pour aider leur communauté à faire face aux défis de la crise sanitaire mondiale actuelle, des jeunes et des adultes de ce petit village de quelque 450 personnes ont trouvé des moyens créatifs de partager l’information et d’organiser l’accès aux biens de première nécessité.

Il y a trois semaines, un groupe de jeunes participant à des programmes éducatifs bahá’ís qui développent des capacités au service à la société ont pris des mesures pour aider à prévenir la propagation de la maladie du coronavirus (Covid-19).

« Lorsque notre groupe a réfléchi à la façon dont il pourrait servir notre communauté, explique l’un des jeunes, nous avons tous pensé au coronavirus. Tout le monde était inquiet même s’il n’avait pas encore atteint notre village. Nous avons donc décidé d’aider à informer les gens sur ce qu’ils pouvaient faire concernant la situation. »

Ayant trouvé des informations fiables en ligne sur le site de l’Institut national de la santé publique du pays, ils ont fait une affiche présentant les mesures que chacun pouvait prendre pour prévenir la transmission de la maladie et ils l’ont affichée bien en évidence dans un lieu public.

Diapositives
3 images
Un groupe de jeunes de Bašelj, en Slovénie, a pris des mesures pour atténuer la propagation de la maladie du coronavirus (Covid-19), en créant une affiche informative partageant les mesures que chaque individu pourrait prendre pour prévenir la transmission de la maladie, et l’a affichée bien en vue dans un lieu public.

Peu de temps après, lorsque des mesures visant à réduire les contacts physiques sont entrées en vigueur dans la région, il a fallu trouver un moyen pour que les gens puissent accéder à la nourriture et à d’autres fournitures tout en évitant les contacts physiques.

« Dans un village, explique Aleksandra, une bahá’íe qui vit dans ce village, nous nous réunissons quand il y a un besoin et trouvons un moyen d’y répondre. »

Elle a contacté des entreprises de livraison de produits alimentaires et de fruits et légumes dont les clients habituels, principalement des restaurants, n’avaient plus les mêmes besoins. Constatant que ces entreprises étaient ravies de livrer à domicile, elle a pu informer tout le village de ces services grâce à un groupe en ligne qui avait été créé pour diffuser des nouvelles.

Ces efforts pour permettre la livraison de nourriture de manière à minimiser les contacts ont été renforcés lorsque le maire de Bašelj a invité les agriculteurs locaux à offrir directement leurs produits par l’intermédiaire de la municipalité.

Les membres de la communauté bahá’íe ont remarqué que les gens discutaient de l’importance de l’unité, de la collaboration entre habitants, de la famille et des amis, de la nécessité d’un renouveau spirituel, de moins de matérialisme et d’une plus grande conscience de la façon dont chacun peut contribuer à notre société.

« C’est un petit endroit où les gens servent ensemble depuis longtemps, sans tenir compte des différences de religion ou de race, explique Aleksandra. Nous essayons d’avoir une collaboration universelle. Mais même ici, cette période est différente, et la plupart d’entre nous la voient comme un moment pour réfléchir sur la façon dont nous vivons nos vies. Les gens voient que le monde est très interconnecté : que quelque chose se passe ici ou plus loin, tôt ou tard, cela nous affectera. »

Diapositives
3 images
Deux sœurs de Bašelj, en Slovénie. Elles font partie d’un groupe de jeunes participant à des programmes éducatifs bahá’ís qui développent des capacités au service de la société. Elles se connectent désormais en ligne avec les autres membres de leur groupe depuis leur domicile, conformément aux directives de santé publique.