Le pouvoir de l’histoire : la recherche de la vérité, de la justice et de l’unité

August 6, 2019

WASHINGTON — Notre histoire commune est un moyen puissant par lequel nous parvenons à comprendre notre histoire, notre présent et notre avenir. Aux États-Unis, les récits de progrès et de prospérité de la nation ont historiquement négligé les vies, les souffrances et les contributions des peuples africains réduits en esclavage et de leurs descendants.

Mercredi, un certain nombre d’organisations se sont réunies aux Archives de l’esclavage de l’université de Georgetown à Washington, DC, afin de mener une discussion approfondie sur ce sujet critique et d’explorer comment un récit national renouvelé peut contribuer à la réconciliation raciale et, finalement, à la transformation de la société. Le Bureau bahá’í des Affaires publiques des États-Unis (OPA) a organisé cet espace avec les archives sur l’esclavage de l’université de Georgetown (en anglais) et les archives de l’État du Maryland.

« L’essentiel de l’état actuel en termes de race et de racisme aux États-Unis est lié à notre histoire. Et une grande partie de cette histoire reste inconnue et, non seulement non révélée, mais aussi déformée, pour cacher la vérité sur ce qui s’est passé », déclare May Lample de l’OPA.

« Pour lutter contre les inégalités et le racisme aux États-Unis, nous devons commencer à raconter comment nous en sommes arrivés là. Mais le défi qui nous est lancé est de raconter cette histoire de manière à ne pas diviser et à nous permettre de voir l’histoire comme progressiste. Dans le même temps, nous devons reconnaître qu’il existe de nombreux revers, des forces de désintégration et des forces d’intégration. Il y a des défis sur la voie du progrès. »

L’OPA s’est activement engagée dans le discours sur l’unité raciale, a participé à de nombreux forums à travers le pays, mobilisant divers acteurs sociaux et a organisé des espaces de dialogue propices à une compréhension et à une action constructives. Parmi ses initiatives en cours, citons ses « Dialogues Foi et Race », dans lesquels elle a rassemblé des organisations confessionnelles afin d’explorer le rôle que la religion et la spiritualité jouent pour surmonter le fléau du racisme.

Certains participants aux Dialogues Foi et Race ont commencé à explorer ensemble l’impact de l’histoire de l’Amérique sur la dynamique raciale dans le pays aujourd’hui. Leur réunion s’est tenue à l’université de Georgetown, dans la capitale américaine, et comprenait une exposition de certains éléments des archives sur les bases de l’esclavage. L’université a créé ces archives en 2016 afin d’organiser et de gérer correctement les ressources liées à la possession et à la vente éventuelle de 272 hommes, femmes et enfants esclaves en 1838.

Plusieurs descendants de personnes asservies ont assisté à la réunion, soulignant l’importance de donner la parole à des milliers de personnes qui ont été esclaves et dont les histoires n’ont jamais été racontées. L’université a essayé de faire connaître leurs histoires à travers des documents d’archives, des artefacts et des histoires orales transmises de génération en génération.

« La discussion a exploré la question de savoir comment réparer les torts causés » a expliqué P.J. Andrews, de l’OPA. Nous pensons que ces problèmes appartiennent au passé, mais ces systèmes et ces valeurs continuent à se perpétuer. »

« Néanmoins, nous savons aussi que les choses ne sont pas condamnées à être toujours ainsi. Nous ne sommes pas simplement impuissants face à l’histoire et aux forces sociales qui continuent d’assaillir la société aujourd’hui. Nous sommes optimistes et, en tant qu’êtres humains, nous avons tous le pouvoir de reconstruire le monde. L’histoire de la race humaine le montre aussi. »