Analyse de l’interaction entre la culture et l’égalité des sexes en Turquie

10 août 2021

ISTANBUL, Turquie — Comment la culture façonne-t-elle les perceptions des femmes ? Quels éléments de la culture contribuent-ils à la réalisation de l’égalité des sexes et quels sont ceux qui constituent des obstacles ?

« Cela fait plusieurs mois que nous nous réunissons pour examiner ces questions avec de nombreuses personnes différentes – des fonctionnaires, des universitaires, des organisations de la société civile, des artistes, des écrivains, des jeunes, des femmes et des hommes », explique un romancier d’Istanbul, l’un des participants à une série de tables rondes organisées par le Bureau bahá’í des affaires extérieures de Turquie.

Dans le discours sur l’égalité des sexes en Turquie, il existe peu d’espaces de discussion offrant l’opportunité d’explorer la question de la culture. Partant de ce constat, le Bureau a initié cette série de tables rondes qui abordent des thèmes pertinents, dont l’éducation, les arts et la vie familiale.

« Le principe vital de l’égalité entre les femmes et les hommes comme base de la transformation sociale est au cœur de ces conversations », déclare Suzan Karaman du Bureau des affaires extérieures.

Mme Karaman explique que les tables rondes ont offert une occasion rare, à un échantillon représentatif de personnes concernées par la question, de se réunir pour examiner la réalité de leur société et analyser le fonctionnement des forces sociales.

Photos prises avant la crise sanitaire actuelle. La communauté bahá’íe de Turquie a engagé divers membres de la société dans des efforts de développement de la communauté et des projets d’éducation qui permettent une exploration approfondie du principe d’égalité entre les femmes et les hommes. Diapositives
2 images

Photos prises avant la crise sanitaire actuelle. La communauté bahá’íe de Turquie a engagé divers membres de la société dans des efforts de développement de la communauté et des projets d’éducation qui permettent une exploration approfondie du principe d’égalité entre les femmes et les hommes.

Lors d’une récente réunion sur le thème de l’éducation, une représentante d’une organisation axée sur l’autonomisation des femmes a souligné la nécessité d’examiner tous les aspects de l’éducation. Citant les manuels scolaires comme exemple de la façon dont les opinions des gens sur les rôles de genre peuvent être formées, elle a déclaré : « Même les illustrations d’un manuel de mathématiques peuvent influencer les schémas de pensée lorsqu’elles renforcent les stéréotypes, en dépeignant les femmes uniquement dans certains rôles. »

Un autre participant, le chef du Département de sociologie de la religion dans une grande université du pays, a développé davantage en ajoutant : « La transformation de la culture ne signifie pas perturber la diversité culturelle ou les aspects positifs de la culture, mais plutôt changer les traditions patriarcales, les stéréotypes et les rôles de genre qui ont été transmis de génération en génération et qui peuvent être des obstacles à la réalisation de l’égalité. »

Des participants ont observé que, bien que l’éducation soit souvent considérée comme un moyen de mobilité économique et de meilleures opportunités d’emploi, il existe un besoin pour un type d’éducation qui permette spirituellement et moralement aux gens de rechercher de plus grands degrés d’unité et de travailler au changement social.

« L’égalité est l’un des enjeux les plus importants de notre société », a déclaré une fonctionnaire locale et participante aux tables rondes.

Elle poursuit : « C’est aussi l’une des valeurs les plus négligées et violées de la famille humaine à travers l’histoire. Bien qu’il y ait un long chemin à parcourir, chaque effort qui contribue au cheminement vers l’égalité est comme un acte d’adoration et donc louable. La clé est de promouvoir une meilleure compréhension de cette valeur dans la société et d’atteindre des personnes de tous les horizons en travaillant ensemble. »

Dans des commentaires partagés avec le News Service, un auteur décrit l’atmosphère unificatrice des réunions : « Nous nous précipitons vers nos ordinateurs depuis différentes régions de la Turquie pour apprendre les uns des autres – nous parlons, nous écoutons, nous demandons et nous comprenons. Bien que nous soyons tous différents à certains égards, nous en sommes venus à nous aimer et à nous faire confiance. Cette opportunité a permis de renforcer la compréhension et l’unité. Cela a apporté de la joie à nos âmes et à nos cœurs dans ce monde difficile. »