Ouganda : en pleine crise, des émissions de radio réconfortent et inspirent

April 4, 2020
Comme les mesures de santé publique restreignent les rassemblements pour le culte, des bahá’ís ougandais trouvent des moyens créatifs de promouvoir la prière à la radio.

KIYUNGA, Ouganda — Avec de nouvelles directives de santé publique interdisant les rassemblements, les bahá’ís de cette zone rurale se sont tournés vers la radio pour apporter espoir et joie à leurs voisins, encourageant la prière dans chaque foyer. Ces émissions quotidiennes suscitent des conversations dans les foyers sur l’importance de la prière comme source de force en ces temps exceptionnellement difficiles.

Lorsque le président d’Ouganda a publié des directives pour prévenir la propagation de la maladie du coronavirus (Covid-19), il a demandé la fermeture des lieux de culte pendant plusieurs semaines. Dans le même temps, il a encouragé les habitants du pays, quelle que soit leur religion, à continuer de prier chez eux.

Grâce à des décennies d’efforts visant au progrès social, les bahá’ís ougandais ont vu comment des communautés ayant des liens d’amitié solides et l’habitude de prier ensemble peuvent faire preuve d’une grande détermination en temps de crise.

Le petit studio et l’appareil de communication de masse dans le centre de Kiyunga, en Ouganda. Les dirigeants locaux ont mis le matériel de radiodiffusion à la disposition des bahá’ís et ont soutenu cet effort, encourageant les villageois à écouter, à participer aux discussions et à prier chez eux. Diapositives
4 images
Le petit studio et l’appareil de communication de masse dans le centre de Kiyunga, en Ouganda. Les dirigeants locaux ont mis le matériel de radiodiffusion à la disposition des bahá’ís et ont soutenu cet effort, encourageant les villageois à écouter, à participer aux discussions et à prier chez eux.

À Kiyunga, par exemple, les autorités locales ont mis le dispositif de communication de masse du village à la disposition des bahá’ís pour qu’ils puissent offrir un programme de 90 minutes en soirée. Cet appareil est un haut-parleur central qui, pendant les heures calmes du soir, peut être entendu clairement dans plusieurs villages voisins.

Les bahá’ís locaux présentent un programme qui comprend des lectures de prières, d’écrits sacrés et l’étude de questions d’intérêt commun. Les auditeurs sont encouragés à s’inspirer de la prière comme source de nourriture spirituelle quotidienne et comme moyen de réfléchir à la manière dont chaque personne peut atténuer la souffrance de la société.

Un jeune bahá’í, Gerald Mukungu, déclare : « Que peuvent faire les jeunes pour renforcer cette conversation commencée par l’émission ? J’ai vu l’utilité d’avoir cette conversation et j’essaierai de la continuer au sein de ma famille et avec mes amis. »

La photo représente des résidents d’un même foyer. Des prières sont dites dans une maison à Kiyunga, en Ouganda. Les émissions font désormais partie de la routine quotidienne des familles qui se rassemblent pour prier pour le soulagement des souffrances dans leur pays et dans le monde entier. Diapositives
4 images
La photo représente des résidents d’un même foyer. Des prières sont dites dans une maison à Kiyunga, en Ouganda. Les émissions font désormais partie de la routine quotidienne des familles qui se rassemblent pour prier pour le soulagement des souffrances dans leur pays et dans le monde entier.

Les dirigeants locaux ont soutenu cet effort et encouragent les villageois à écouter, à participer aux discussions et à prier chez eux. « Nous sommes heureux de travailler avec les bahá’ís pour aider les gens à comprendre l’importance de s’appuyer sur la prière en ce moment difficile, a déclaré Anthony Musamali, président par intérim du Conseil à Kiyunga. Si cette habitude est renforcée, elle peut élever le caractère des habitants et leur inspirer des actes nobles. »

Un responsable local témoigne : « J’ai été touché par le message, et maintenant je me demande comment cette conversation peut se poursuivre même au-delà de cette période. Nous devons faire en sorte que la conversation se poursuive afin que les prières continuent. »

Inspirées par cet effort, d’autres communautés en Ouganda ont lancé des émissions similaires sur des stations de radio locales et des moyens de communication de masse.