Des représentants du monde entier se réunissent pour la 12e Convention internationale

25 avril 2018

CENTRE MONDIAL BAHÁ’Í — Quelque 1 300 délégués représentant plus de 160 pays sont arrivés à Haïfa pour participer à la 12e Convention internationale bahá’íe.

La Convention internationale est un rassemblement unique qui se tient tous les cinq ans à Haïfa, le centre administratif et spirituel de la communauté mondiale bahá’íe. Les délégués viennent de pratiquement toutes les nations. Au cours de la Convention, ils participent à une série de sessions de consultation et élisent le conseil directeur international de la Foi, la Maison universelle de justice.

Lors de la Convention internationale, les concertations portent généralement sur le développement de la religion bahá’íe et sur les contributions des communautés bahá’íes au progrès de la société. L’un des principaux sujets de discussion est la façon dont les enseignements de Bahá’u’lláh – tels que l’unité de l’humanité, l’égalité homme-femme, l’harmonie de la science et de la religion, et la recherche indépendante de la vérité – trouvent leur expression dans un vaste éventail de contextes sociaux, du village le plus éloigné aux grands centres urbains, et à travers diverses réalités culturelles.

Les délégués du monde entier faisant la queue au Centre international des congrès de Haïfa Diapositives
19 images
Les délégués du monde entier faisant la queue au Centre international des congrès de Haïfa

Les délégués qui assistent à la Convention internationale de cette année sont des membres, élus chaque année, des conseils bahá’ís de leurs pays. Désignées sous le nom d’assemblées spirituelles nationales, ces institutions guident et soutiennent les activités de la communauté bahá’íe dans leurs juridictions respectives.

Le 29 avril, les délégués se réuniront pour élire les neuf membres de la Maison universelle de justice, une tâche qui est à la fois un devoir sacré et un privilège.

Ils bénéficient d’une période de préparation spirituelle avant de participer à la Convention. Cela implique du temps pour prier et méditer dans les tombeaux sacrés de Haïfa et d’Acre, ainsi que pour visiter les lieux saints historiques bahá’ís.