Au sommet de l’Assemblée générale, la société civile a pu faire entendre sa voix

October 7, 2019
Lors d’une première réunion de ce type à l’ONU, les organisations de la société civile ont participé à un débat de haut niveau sur l’état d’avancement des objectifs du développement durable.

BIC NEW YORK — Lors d’une première réunion de ce type aux Nations unies, les organisations non gouvernementales ont débattu, aux côtés de hauts fonctionnaires gouvernementaux et de l’ONU, de l’état d’avancement de la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD).

Le Forum de la société civile, auquel ont participé plus de 500 personnes, s’est tenu pour la première fois pendant la Semaine de l’Assemblée générale de haut niveau, une période généralement réservée aux dirigeants mondiaux.

Le représentant de la Communauté internationale bahá’íe, Daniel Perell, a prononcé le discours d’ouverture du forum et a coanimé la discussion. Il a fait remarquer que l’humanité est « collectivement au bord du précipice » et que l’état du monde exige des « mesures décisives et constructives ». L’obstacle à l’action, cependant, n’est pas l’ignorance, a noté M. Perell. « Ce qui manque c’est l’engagement, c’est la créativité et, par-dessus tout, le courage. »

« Les systèmes et les structures en place sont un patchwork de traités et d’institutions, loin de la globalité organique de l’humanité et de la terre. » M. Perell a ajouté que l’impératif historique d’aujourd’hui est de « repenser les histoires nationales, les habitudes et les systèmes qui ont amené l’humanité à ce point ».

Diapositives
1 images
Daniel Perell, représentant de la Communauté internationale bahá’íe, s’adressant aux participants du Forum de la société civile pendant le Sommet sur les ODD. (Source : IIDD)

Maria-Francesca Spatolisano, secrétaire générale adjointe des Nations unies, a déclaré : « Il est clair que les ODD ne seront atteints qu’avec la participation de tous les pays, de toutes les parties prenantes et de tous les peuples » et que ce Forum est le reflet du fait que l’action d’un large éventail d’acteurs « est le seul moyen de relever les défis complexes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui ».

De nombreux points de vue sont ressortis de la discussion. Des orateurs ont souligné qu’il importait d’œuvrer à la réalisation des ODD, pris comme un système à part entière, les pays, les ONG et d’autres parties prenantes s’engageant dans un effort commun. D’autres ont souligné le rôle important que jouent les organisations de la société civile dans la résolution des problèmes mondiaux, aux côtés des gouvernements et de l’ONU.

« Quoique beaucoup soient sceptiques quant à l’utilité d’un forum des Nations unies de plus, des réunions comme celle-ci pourraient être considérées comme un pas vers l’intégration des expériences vécues par les personnes touchées par les politiques décidées dans les réunions de prise de décision », a expliqué M. Perell en parlant de ce forum.

« Nous espérons que le rapport de cette réunion contribuera de manière substantielle aux délibérations futures de l’ONU, a ajouté M. Perell. Ce premier pas vers des processus plus inclusifs est une victoire. »

Les ODD sont le plan directeur des Nations unies pour le développement social et économique. L’une de leurs caractéristiques les plus significatives a été l’ouverture de nouvelles voies de participation à un plus grand nombre de segments de la société.

Visionnez (en anglais) la vidéo de la séance plénière ici et les commentaires de M. Perell ici.