Intégrer les idées de la religion au développement

June 29, 2019

La semaine dernière, la plus importante conférence européenne sur le développement économique et social en Europe a rassemblé plus de 8 000 participants, parmi lesquels des responsables de la société civile et des organisations non gouvernementales, afin de s’attaquer au problème des inégalités mondiales.

La conférence, intitulée Journées européennes du développement (JED), a reflété un changement en cours dans la réflexion sur le développement. Il est de plus en plus reconnu que le développement économique et social ne doit pas être considéré comme une activité qu’un groupe exerce pour un autre. Il n’est pas non plus viable d’ignorer les aspirations et les convictions spirituelles d’une population et la contribution vitale de la religion au développement.

« Il n’est pas acceptable de considérer les masses de l’humanité comme des bénéficiaires passifs de l’aide », a expliqué Rachel Bayani, représentante de la Communauté internationale bahá’íe (BIC) et animatrice, le 18 juin, de l’un des débats du panel EDD (Éducation au développement durable), intitulé « Qu’est-ce que la religion a à voir avec ça ? » « Quelle que soit la nature du soutien extérieur, les activités de développement devraient émerger de l’intérieur d’une communauté et appartenir aux personnes et aux institutions qui les mettent en œuvre. »

Co-organisé par World Vision International, ACT Alliance, Islamic Relief Worldwide, Brot für die Welt, EU-CORD Network et la BIC, le panel a exploré la manière dont les groupes religieux et les organisations confessionnelles constituent un élément majeur des capacités locales dans de nombreux contextes.

« La foi et la religion sont ce qui motive la plupart des gens dans le monde, en bien ou en mal. Il est difficile de voir comment une activité de développement peut émerger et appartenir à la population sur le terrain si ces éléments essentiels ne font pas partie de l’équation », a déclaré Mme Bayani dans son allocution liminaire.

Six panélistes d’Europe, d’Amérique du Sud et d’Asie ont pris part, dans une salle comble, à une discussion visant à dépasser les conceptions simplistes de la religion, qu’elles soient bonnes ou mauvaises, dans le contexte du développement. La discussion a illustré une compréhension plus nuancée, permettant une véritable exploration du potentiel de la religion pour une transformation constructive.

Diapositives
6 images
Rachel Bayani, représentante du bureau de la Communauté internationale bahá’íe à Bruxelles, a animé la discussion intitulée « Qu’est-ce que la religion a à voir avec ça ? » (Crédit : EDD Bruxelles)

Le révérend Christo Greyling de World Vision International a souligné l’importance de travailler avec les communautés religieuses locales pour créer ensemble des politiques et des pratiques de développement, en tenant compte des aspirations, des espoirs et des convictions des véritables parties prenantes, à savoir les populations locales. « Vous devez commencer spécifiquement par les principes universels des valeurs sur lesquelles ils se sont déjà mis d’accord, des valeurs telles que la dignité de l’être humain, la nécessité de défendre la justice », a déclaré le révérend Greyling.

D’autres intervenants, dont Henriette Geiger, de la Direction générale de la coopération internationale et du développement de la Commission européenne, ont répété l’importance de la responsabilisation des populations locales : « Rien ne peut être imposé de l’extérieur. Vous ne pouvez travailler qu’avec ce que vous avez localement. »

D’autres orateurs ont souligné la nécessité de dissocier religion et tradition et de veiller à ce que de nombreuses croyances et pratiques prévalant dans une population ne soient pas issues d’écritures religieuses. « Nous devons lire et comprendre les textes avec un esprit plus progressiste et plus ouvert et penser à ce qu’est une vraie religion, qui concerne les choses spirituelles ... et ne pas tomber dans le piège d’une tradition présentée comme une religion », a déclaré Mohammad Abou Zeid, un juge principal du tribunal de la famille de Sidon, au Liban.

Cet espace a ouvert une riche discussion entre les acteurs religieux et les décideurs politiques, réduisant ainsi les divisions historiques qui se sont révélées non productives et préjudiciables à la réalisation de progrès significatifs. Plus de 70 personnes ont assisté à l’évènement. Le panel de discussion peut être écouté ici.