Maison d’adoration du Chili : Comment favoriser la prospérité des villes

9 février 2022

SANTIAGO, Chili — Comment des principes spirituels tels que la justice et l’unité peuvent-ils guider le développement des villes, et comment les grands centres urbains peuvent-ils promouvoir la participation de leurs citoyens aux processus de prise de décision ?

Ce sont là quelques-unes des questions approfondies par des responsables de la société civile, des représentants de la communauté bahá’íe du Chili et des membres du public lors d’une table ronde intitulée « De l’injustice sociale et de la ségrégation à un nouveau modèle de villes centrées sur l’humain ». L’événement a eu lieu à la maison d’adoration bahá’íe à Santiago.

« Pour évoluer vers une société qui se soucie du bien-être de tous, il faut une reconceptualisation de la prospérité, une reconceptualisation qui favorise l’harmonie entre les dimensions matérielles et spirituelles de la vie humaine », a déclaré Veronica Oré, directrice de la maison d’adoration bahá’íe à Santiago, dans son allocution d’ouverture.

Des responsables de la société civile et des représentants des bahá’ís du Chili explorent les principes spirituels qui peuvent guider le développement des villes pour le bien-être de tous.

L’évènement a été organisé dans le cadre de Open House Santiago (Journées portes ouvertes à Santiago), une initiative d’une semaine à l’échelle de la ville qui a stimulé le débat public dans de nombreux lieux sur la façon dont la conception, l’architecture et l’ingénierie environnementales et urbaines peuvent contribuer à la qualité de vie des citoyens de cette ville.

Les participants ont souligné comment le principe bahá’í de la consultation peut améliorer l’efficacité des forums publics qui tentent de remédier aux disparités sociales croissantes, comme l’accès aux services publics et à l’éducation.

« De nombreux conflits dans les quartiers découlent de la mise en œuvre de politiques qui ne tiennent pas compte de l’avis des résidents locaux », a déclaré Danae Mlynarz, directrice du Centre latino-américain pour le développement rural.

La discussion a eu lieu dans l’enceinte de la maison d’adoration bahá’íe à Santiago, au Chili.

Elle a ajouté : « Combien de fois des personnes ont-elles été invitées à se joindre à un débat public uniquement pour apprendre que les décisions clés avaient déjà été prises, et que la réunion avait été organisée pour simplement valider les décisions prises par d’autres qui sont éloignés de la réalité locale ? »

Luis Sandoval, du Bureau bahá’í des affaires extérieures, a parlé du rôle que la maison d’adoration a joué au cours des dernières années dans la création d’espaces de discussion inclusifs, réunissant des responsables gouvernementaux, des dirigeants de communautés religieuses et des milliers de citoyens du pays pour se concerter sur le thème de la cohésion sociale.

Après la discussion, les participants ont assisté à un programme de prière organisé à l’intérieur du temple.

« Le temple et ses environs sont devenus un centre d’attraction pour tous ceux qui aspirent à travailler au renouveau de leur société. Lorsque les gens viennent ici, ils sont stimulés par l’atmosphère spirituelle du temple. Ils ont l’occasion de se concerter avec des personnes d’horizons divers qu’ils n’auraient pas rencontrées autrement », a-t-il déclaré.

M. Sandoval a expliqué que la maison d’adoration recèle un énorme potentiel pour contribuer à la transformation de la société chilienne. « Les visiteurs reçoivent de l’inspiration en réfléchissant aux principes de service et de dévotion promus par le temple, des principes qui renvoient, comme en écho, aux aspirations du peuple chilien. »

Un enregistrement de la discussion en espagnol est disponible ici sur le site YouTube officielle des bahá’ís du Chili.