Les représentants se sont préparés pour le centenaire en visitant les lieux saints bahá’ís associés à la vie de Bahá’u’lláh et de ‘Abdu’l-Bahá.

Les représentants se sont préparés pour le centenaire en visitant les lieux saints bahá’ís associés à la vie de Bahá’u’lláh et de ‘Abdu’l-Bahá.

Centenaire de l’ascension de ‘Abdu’l-Bahá : les représentants se préparent dans une atmosphère spirituelle

24 novembre 2021

CENTRE MONDIAL BAHÁ’Í — Au cours des deux derniers jours, des groupes successifs de représentants des communautés bahá’íes du monde entier ont visité les lieux saints bahá’ís liés à la vie de Bahá’u’lláh et de ‘Abdu’l-Bahá. L’atmosphère spirituelle du rassemblement du centenaire s’est intensifiée, préparant le terrain pour le début du programme officiel de jeudi.

Les images ci-dessous montrent des visites de représentants à la prison où Bahá’u’lláh et sa famille ont été incarcérés, à la maison de ‘Abbúd à Acre, où ‘Abdu’l-Bahá a vécu pendant plus de vingt ans, à la maison de ‘Abdu’l-Bahá à Haïfa, où il est décédé, ainsi qu’aux Archives internationales bahá’íes.

Des participants arrivent à la maison de ‘Abdu’l-Bahá à Haïfa où il a résidé pendant les dernières années de sa vie, avant de s’y éteindre, aux premières heures du 28 novembre 1921.

Des participants arrivent à la maison de ‘Abdu’l-Bahá à Haïfa où il a résidé pendant les dernières années de sa vie, avant de s’y éteindre, aux premières heures du 28 novembre 1921.

Un groupe de participants s’approche de l’entrée de la maison de ‘Abdu’l-Bahá.

Un groupe de participants s’approche de l’entrée de la maison de ‘Abdu’l-Bahá.

Les participants ont la possibilité de passer de calmes moments de prière et de contemplation, dans le cadre serein des jardins de ce lieu saint.

Les participants ont la possibilité de passer de calmes moments de prière et de contemplation, dans le cadre serein des jardins de ce lieu saint.

Un groupe de participants fait une pause pour méditer juste avant leur visite aux Archives internationales bahá’íes, qui contiennent des artefacts et des reliques directement associées à la vie des figures centrales de la foi bahá’íe.

Un groupe de participants fait une pause pour méditer juste avant leur visite aux Archives internationales bahá’íes, qui contiennent des artefacts et des reliques directement associées à la vie des figures centrales de la foi bahá’íe.

Les participants visitent le bâtiment des Archives.

Les participants visitent le bâtiment des Archives.

Dans un esprit de recueillement, les participants s’approchent de l’entrée du bâtiment des Archives.

Dans un esprit de recueillement, les participants s’approchent de l’entrée du bâtiment des Archives.

Les participants s’approchent de la citadelle où Bahá’u’lláh et sa famille ont été emprisonnés pendant plus de deux ans après leur arrivée à Acre en août 1868. Pendant cette période, ‘Abdu’l-Bahá a soigné les malades et s’est chargé du bien-être de leurs compagnons. L’image en haut présente une vue historique de la prison en 1907.

Les participants s’approchent de la citadelle où Bahá’u’lláh et sa famille ont été emprisonnés pendant plus de deux ans après leur arrivée à Acre en août 1868. Pendant cette période, ‘Abdu’l-Bahá a soigné les malades et s’est chargé du bien-être de leurs compagnons. L’image en haut présente une vue historique de la prison en 1907.

Des groupes de participants pénètrent dans la zone de la prison où Bahá’u’lláh et les autres exilés étaient enfermés.

Des groupes de participants pénètrent dans la zone de la prison où Bahá’u’lláh et les autres exilés étaient enfermés.

Les participants se rassemblent et offrent des prières à l’endroit où Mírzá Mihdí, l’un des fils de Bahá’u’lláh, est tombé à travers une lucarne du toit et est décédé.

PLes participants se rassemblent et offrent des prières à l’endroit où Mírzá Mihdí, l’un des fils de Bahá’u’lláh, est tombé à travers une lucarne du toit et est décédé.

Dans ce collage, les images de gauche et d’en haut à droite montrent la cellule où Bahá’u’lláh était enfermé.

Dans ce collage, les images de gauche et d’en haut à droite montrent la cellule où Bahá’u’lláh était enfermé.

Des participants visitant la maison de ‘Abbúd, où Bahá’u’lláh et sa famille ont vécu en tant qu’exilés et assignés à résidence dans des conditions d’extrême exiguïté après leur arrivée à cet endroit en 1871.

Des participants visitant la maison de ‘Abbúd, où Bahá’u’lláh et sa famille ont vécu en tant qu’exilés et assignés à résidence dans des conditions d’extrême exiguïté après leur arrivée à cet endroit en 1871.

Des participants à la maison de ‘Abbúd.

Des participants à la maison de ‘Abbúd.

Des participants retournent dans la cour de la maison de ‘Abbúd à la fin de leur visite.

Des participants retournent dans la cour de la maison de ‘Abbúd à la fin de leur visite.

À gauche, une vue historique de la maison de ‘Abbúd (vers 1920). À droite, une vue des participants arrivant à la maison.

À gauche, une vue historique de la maison de ‘Abbúd (vers 1920). À droite, une vue des participants arrivant à la maison.

Parmi les lieux saints visités par les participants figure le manoir de Bahjí, situé à côté du tombeau de Bahá’u’lláh. ‘Abdu’l-Bahá a loué cette maison en septembre 1879 comme résidence pour son père et d’autres membres de leur famille. Bahá’u’lláh surveillait du balcon l’arrivée de son fils bien-aimé, ‘Abdu’l-Bahá, en provenance d’Acre.

Parmi les lieux saints visités par les participants figure le manoir de Bahjí, situé à côté du tombeau de Bahá’u’lláh. ‘Abdu’l-Bahá a loué cette maison en septembre 1879 comme résidence pour son père et d’autres membres de leur famille. Bahá’u’lláh surveillait du balcon l’arrivée de son fils bien-aimé, ‘Abdu’l-Bahá, en provenance d’Acre.

Des participants aux jardins des monuments à Haïfa, où reposent Navváb (l’épouse de Bahá’u’lláh), Mírzá Mihdí (le fils cadet de Bahá’u’lláh), Bahíyyih Khánum (la fille de Bahá’u’lláh, à gauche) et Munírih Khánum (l’épouse de ‘Abdu’l-Bahá, à droite).

Des participants aux jardins des monuments à Haïfa, où reposent Navváb (l’épouse de Bahá’u’lláh), Mírzá Mihdí (le fils cadet de Bahá’u’lláh), Bahíyyih Khánum (la fille de Bahá’u’lláh, à gauche) et Munírih Khánum (l’épouse de ‘Abdu’l-Bahá, à droite).

Des participants visitent le lieu de repos d’Amatu’l-Bahá Rúḥíyyih Khánum, l’épouse de Shoghi Effendi.

Des participants visitent le lieu de repos d’Amatu’l-Bahá Rúḥíyyih Khánum, l’épouse de Shoghi Effendi.