Un mouvement de jeunes en Nouvelle-Zélande à l’origine d’une musique socialement responsable

24 août 2021

Les jeunes engagés dans les efforts bahá’ís de renforcement de la communauté inspirent leurs pairs avec une musique qui répond aux problèmes accrus par la pandémie.

AUCKLAND, Nouvelle-zélande — Dans le quartier de Manurewa à Auckland, en Nouvelle-Zélande, certains jeunes se tournent vers la musique pour mettre en lumière les problèmes qui sont apparus pendant la pandémie, tout en offrant une perspective positive basée sur leurs expériences dans les efforts bahá’ís de renforcement de la communauté.

« La musique occupe une place vraiment importante dans la vie des jeunes ici dans notre quartier », explique Jeffrey Sabour, l’un des animateurs des activités de développement communautaire. « Plus de 1 000 jeunes de Manurewa font partie de ce mouvement qui contribue au changement social. Nous avons donc commencé par nous demander : « Comment pouvons-nous étendre les idées issues de ces efforts à encore plus de personnes à travers la musique ? » Et « Comment pouvons-nous écrire sur des idées profondes d’une manière qui permet aux gens de s’identifier à l’histoire de la chanson ? »

Dans une chanson intitulée We Are All Connected (Nous sommes tous connectés), les jeunes attirent l’attention sur la façon dont la pandémie a mis en évidence la capacité humaine à reconnaître l’unité. La chanson utilise la métaphore du corps humain pour décrire l’interdépendance de l’humanité, avec des paroles telles que : « Chacun pour soi est le postulat, mais une cellule seule ne peut pas fonctionner. »

Fia Sakopo, une autre jeune de Manurewa, explique que le service à la société a été le thème sous-jacent de toutes les chansons : « Accepter l’unité et l’interdépendance de l’humanité exige un changement profond de notre façon de penser. Mais les nobles pensées en elles-mêmes ne suffisent pas.

« Elles doivent être traduites en action. Le service désintéressé à nos semblables est une expression naturelle de la croyance en l’unité de l’humanité. Cette vérité doit être constamment démontrée par des actes. »

Photographies prises avant la crise sanitaire actuelle. Les participants aux initiatives éducatives proposées par les bahá’ís de Manurewa apprennent l’unité et la coopération à travers une activité de groupe. Diapositives
5 images

Photographies prises avant la crise sanitaire actuelle. Les participants aux initiatives éducatives proposées par les bahá’ís de Manurewa apprennent l’unité et la coopération à travers une activité de groupe.

Jeffrey décrit comment ces chansons sont destinées à inspirer l’action en établissant un lien entre les concepts spirituels et les problèmes auxquels est confrontée leur propre réalité sociale, offrant un contraste rafraîchissant par rapport à la vague de musique destinée aux jeunes, qui tend à véhiculer un ton de désespoir et se concentre, par exemple, sur les peines de cœur ou la poursuite de satisfactions matérielles.

« Les jeunes de Manurewa engagés dans ce processus sont très conscients des défis de leur société, et ils veulent transmettre le même sentiment d’espoir qu’ils ont cultivé dans leurs activités de développement communautaire, à travers des chansons qui traitent de thèmes tels que la solidarité collective, la recherche de la connaissance et de l’éducation, et les dimensions matérielles et spirituelles d’une véritable prospérité. »

Photographies prises avant la crise sanitaire actuelle. Un groupe de jeunes de Manurewa et d’autres régions de Nouvelle-Zélande lors d’une conférence de jeunes à Auckland, quelques instants avant la prise d’une photo de groupe. La conférence a donné aux participants l’occasion de se concerter sur les besoins de leurs communautés et d’élaborer des plans d’action pour l’amélioration de leur société. Diapositives
5 images

Photographies prises avant la crise sanitaire actuelle. Un groupe de jeunes de Manurewa et d’autres régions de Nouvelle-Zélande lors d’une conférence de jeunes à Auckland, quelques instants avant la prise d’une photo de groupe. La conférence a donné aux participants l’occasion de se concerter sur les besoins de leurs communautés et d’élaborer des plans d’action pour l’amélioration de leur société.

Fia continue de développer cette idée, décrivant l’approche adoptée pour créer ces chansons : « De nombreuses personnes du quartier explorent ensemble ces concepts et bien d’autres encore, tout en agissant. Tout au long du processus, nous posons des questions pour faire émerger des idées, puis nous discutons davantage et nous essayons finalement de créer une chanson qui répond aux préoccupations des gens.

« Quand les gens entendent ces chansons, ils y entendent leur voix. »

Les musiques créées dans le cadre du Manurewa Arts Project sont disponibles ici.