Farzam Arbab, 1941–2020

September 26, 2020

CENTRE MONDIAL BAHÁ’Í — Farzam Arbab, ancien membre de la Maison universelle de justice, est décédé le 25 septembre 2020 à San Diego, aux États-Unis. Il était âgé de 78 ans.

La Maison universelle de justice a envoyé le message suivant à toutes les assemblées spirituelles nationales.

*  *  *

C’est avec des cœurs accablés par la tristesse que nous pleurons le décès soudain de notre ancien collègue, notre très cher frère Farzam Arbab, dont la nouvelle vient de nous apporter un nouveau chagrin. Son intelligence brillante, son cœur aimant et son esprit vif ont toujours été tournés vers la révélation de Bahá’u’lláh, cherchant à en tirer des connaissances qui, grâce au processus de l’éducation, pouvaient développer les capacités spirituelles et intellectuelles de populations entières. Né en Iran, il a étudié aux États-Unis avant de s’installer en Colombie en tant que pionnier. Ses dons exceptionnels lui auraient permis de mener une brillante carrière dans le domaine des sciences physiques, mais la Providence en a décidé autrement. Sa formation scientifique rigoureuse a plutôt été appliquée au travail de la Foi. Il a reconnu que les vérités contenues dans les écrits bahá’ís concernant la transformation spirituelle et sociale et l’entrée des masses de l’humanité dans la Foi exigeaient des efforts persistants pour apprendre à les mener à bien ; l’engagement de tout son être dans cette grande entreprise était complet et constant. Tout au long de son mandat de membre de l’Assemblée spirituelle nationale de Colombie, de conseiller continental, de membre du Centre international d’enseignement et enfin de membre de la Maison universelle de justice pendant deux décennies, sa croyance inébranlable en la capacité de tous les enfants de Dieu, en particulier des jeunes, a été la caractéristique principale de son service à la Cause. Toujours réfléchi, toujours perspicace et toujours à l’écoute de la réalité spirituelle, cet homme d’une vision exceptionnelle a vécu une vie façonnée par l’harmonie entre la vérité scientifique et la véritable religion.

Nous adressons nos sincères condoléances pour cette perte inattendue à Sona, son épouse bien-aimée, et à Paul, son cher fils, ainsi qu’aux autres membres de sa famille. Nous offrons nos prières ferventes à Bahá’u’lláh aux mausolées sacrés pour le progrès de son âme lumineuse tandis qu’elle commence son voyage vers les royaumes éternels de Dieu. Qu’elle soit accueillie avec amour dans son foyer céleste. Toutes les communautés bahá’íes sont vivement invitées à organiser des commémorations, si les circonstances le permettent, y compris dans toutes les maisons d’adoration, afin de marquer le décès du très aimé et illustre Farzam Arbab.

La Maison universelle de justice