72 heures, un seul monde

October 31, 2019
Il y a peu, le soleil s’est couché à Hawaï, mettant fin à une période remarquable durant laquelle la terre entière était illuminée par la puissance de l’unité.

CENTRE MONDIAL BAHÁ’Í — La période remarquable qui vient de se terminer avec le coucher du soleil à Hawaï a ouvert une nouvelle fenêtre sur le monde. Au cours des trois rotations de la Terre, l’humanité a célébré sur chaque continent les anniversaires des naissances du Báb et de Bahá’u’lláh.

Ces journées de commémoration offrent un aperçu d’une humanité qui est rarement, sinon jamais, aussi profondément représentée dans son unité. Ni les frontières, ni les conflits entre les nations, ni les préjugés de classe, de race, de religion ou de culture n’ont pu obscurcir cette réalité : l’humanité est une.

La description ci-dessous, extraite du message de la Maison universelle de justice à l’occasion du bicentenaire de la naissance du Báb, a été illustrée par la multitude d’exemples qui se sont succédé au cours de ces journées :

« …ces communautés se définissent par leur dévouement à l’unité de l’humanité. Elles chérissent la riche diversité que représentent tous les peuples du monde, tout en maintenant que notre identité en tant que membres du genre humain passe avant d’autres identités et associations. Elles affirment la nécessité d’une conscience planétaire, née d’une préoccupation commune pour le bien-être de l’humanité, et elles considèrent tous les peuples de la terre comme leurs frères et sœurs spirituels. Ne se contentant pas d’appartenir à de telles communautés, les disciples de Bahá’u’lláh s’efforcent constamment d’inviter des âmes animées par des préoccupations semblables aux leurs à se joindre à eux pour apprendre à mettre ses enseignements en pratique. »

Il y a deux siècles, au cours de son ministère bref et dramatique, le Báb a subi l’exil, l’emprisonnement et le martyre aux mains de dirigeants fanatiques déterminés à éteindre sa lumière et à maintenir la population dans les ténèbres. Emprisonné dans la lointaine forteresse de Mah-Ku, il était lui-même gardé dans l’obscurité ; on lui refusait même une bougie la nuit. En contraste avec cette oppression, son mausolée sur le mont Carmel est illuminé tous les soirs pour rappeler que sa lumière, comme celle de Bahá’u’lláh pour qui il a ouvert la voie, ne peut pas être éteinte.

Les célébrations qui ont encerclé la planète ont donné vie à la citation bien connue de Bahá’u’lláh : « Si puissante est la lumière de l’unité qu'elle peut illuminer toute la terre. »

Dans d’innombrables endroits de la République démocratique du Congo, des dizaines de milliers de personnes se rassemblent pour marquer le bicentenaire. Les arts s’épanouissent dans des célébrations joyeuses caractérisées par un esprit inspirant de camaraderie et d’harmonie. Les familles ouvrent leur maison aux voisins et aux amis, les communautés accueillent les chefs et les anciens des villages, et beaucoup se réunissent dans les villes pour étudier les enseignements de la Foi et leurs implications pour leur société.
Alors que les célébrations du bicentenaire s’étendent dans toute l’Inde, des rassemblements ont lieu au sein des familles et des communautés très unies. Ces célébrations intimes rassemblent des milliers de personnes pour approfondir leur compréhension de la vie et de la mission du Báb et renforcer leur engagement à mettre en pratique les enseignements de la foi bahá’íe.
Au cours de la période précédant et pendant le bicentenaire, des groupes dans tout le Royaume-Uni rendent hommage au Báb dans différents endroits, y compris des foyers, des salles communautaires et des rassemblements en plein air. Dans beaucoup de ces espaces, ils se rassemblent pour prier, pour s’inspirer de la vie héroïque des premiers croyants du Báb, pour réfléchir sur la condition et les besoins de leur société et pour chercher des moyens de contribuer à l’amélioration de leurs communautés.
Dans toute l’Allemagne, les communautés commémorent le bicentenaire de la naissance du Báb et honorent sa mission sacrée à travers les arts et des activités communautaires stimulantes, y compris des concerts interreligieux et des représentations théâtrales.