Pour le bicentenaire, le mausolée du Báb s’ouvre à des milliers de visiteurs, à des responsables des communautés

October 25, 2019

CENTRE MONDIAL BAHÁ’Í — À la tombée de la nuit, les terrasses qui descendent en cascade à flanc de montagne ont été illuminées alors que des milliers d’habitants de Haïfa et des villes et villages environnants marchaient dans les jardins bahá’ís. Symbole d’espoir et de paix, l’emblématique mausolée du Báb rayonnait d’une lumière éclatante au milieu des terrasses.

Au début du mois, ce programme spécial de deux nuits a été suivi par plus de 16 000 personnes. Aujourd’hui, ce sont les dirigeants des différentes communautés de la ville de Haïfa qui ont participé à un rassemblement plus intime qui comprenait une descente des terrasses vers le mausolée sacré.

Partout dans le monde, les gens se préparent pour le bicentenaire de la naissance du Báb. Au Centre mondial bahá’í, pour marquer cet anniversaire historique, les portes des terrasses sur le mont Carmel, normalement ouvertes au public seulement pendant la journée, ont été ouvertes deux soirs de suite, les 16 et 17 octobre. Des gens de tous les horizons – dont des juifs, des chrétiens, des musulmans et des druzes – ont profité de cette occasion spéciale. Haïfa, qui abrite le mausolée et les terrasses, est connue pour sa longue histoire d’harmonie communautaire.

Les visiteurs ont eu l’occasion de s’informer sur la religion bahá’íe, son histoire et le bicentenaire en parcourant les terrasses et en entrant dans le magnifique mausolée surmonté d’un dôme, où reposent les restes du Prophète héraut de la foi bahá’íe. Beaucoup de ces visiteurs sont aussi entrés dans le mausolée pour y prier et y méditer.

Diapositives
15 images
Visiteurs autour du mausolée du Báb, lorsque la structure sacrée et ses terrasses étaient ouvertes au public la nuit.

Autour du mausolée, la soirée a été caractérisée par un esprit de recueillement, alors que les enfants et les adultes entraient en silence pour prier. À l’intérieur, beaucoup ont exprimé des sentiments spirituels profonds.

« Tout ce que je peux dire, c’est que c’est comme si cet endroit était un coin de paradis. C’est comme si Dieu avait pris un morceau de paradis et l’avait laissé tomber ici », explique un résident qui habite non loin des terrasses.

« J’aimerais pouvoir rester sur les terrasses toute la nuit », a exprimé un autre visiteur.

« Encore ! encore ! » insiste une fillette de quatre ans auprès de ses parents après une autre visite au mausolée.

Diapositives
15 images
Deux cents personnes, parmi lesquelles Einat Kalisch-Rotem, la maire de Haïfa, des fonctionnaires, des responsables universitaires et des acteurs de la société civile, ont assisté à une réception qui a eu lieu aujourd’hui en l’honneur du bicentenaire de la naissance du Báb.

Aujourd’hui, les commémorations se sont poursuivies avec une réception qui a accueilli 200 personnes, dont Einat Kalisch-Rotem, la maire de Haïfa, des fonctionnaires, des responsables universitaires et des acteurs de la société civile. Le programme comprenait un film sur la vie du Báb et une allocution du secrétaire général de la Communauté internationale bahá’íe à Haïfa.

Après la réception, les participants ont descendu les terrasses depuis le sommet de la montagne, terminant leur parcours au mausolée.

Diapositives
15 images
La maire de Haïfa, Einat Kalisch-Rotem, deuxième en partant de la droite, a également assisté à la réception d’aujourd’hui, qui comprenait une visite au mausolée du Báb et à la maison des pèlerins de Haïfa.