En cette année du bicentenaire, se souvenir de la naissance d’une nouvelle Foi

May 20, 2019

CENTRE MONDIAL BAHÁ’Í — Le 22 mai 1844, il y a 175 ans, un érudit et chercheur ardent de la vérité s’est approché des portes de Chiraz. Face à cette ville historique connue pour ses roses, ses cyprès et sa longue tradition de poésie, il était à la recherche d’un nouveau messager de Dieu.

Podcast: En cette année du bicentenaire, se souvenir de la naissance d’une nouvelle Foi

Le dernier épisode de podcast du Baha’i World News Service est consacré à la déclaration historique du Báb.

S’abonner au podcast du BWNS pour du contenu audio supplémentaire.

RSS  |  iTunes  |  SoundCloud  |  Tunein  |  iHeart  |  Stitcher

Son arrivée va le mener à une découverte essentielle. C’est à Chiraz ce soir-là qu’il a rencontré pour la première fois le Báb.

Dans la conversation qui suivit cette rencontre, le Báb a dévoilé qu’il était le fondateur d’une nouvelle religion qui devait préparer le monde à la venue de Bahá’u’lláh et augurait la dernière étape de l’évolution sociale de l’humanité.

Les évènements de cette nuit sont à l’origine des efforts de la communauté mondiale bahá’íe pour l’amélioration du monde. Des activités de construction de la communauté jusqu’aux projets d’action sociale, en passant par la participation au discours public, ceux qui cherchent à mettre en pratique les enseignements de Bahá’u’lláh trouvent l’origine de leurs efforts dans cette première conversation.

Le mois d’octobre prochain marquera le bicentenaire de la naissance du Báb. Cette année, le Baha’i World News Service s’attache à certains des moments les plus marquants de la vie du Báb. Le dernier épisode de podcast porte sur la nuit de sa déclaration. Cette année, elle est célébrée dans le monde entier du coucher du soleil du jeudi 23 mai au coucher du soleil du vendredi 24.

Cet épisode de podcast explore les liens entre l’héroïsme et le sacrifice provoqués par la déclaration de Báb et le monde d’aujourd’hui : « Bien que deux siècles la séparent de notre époque, la société dans laquelle le Báb est apparu ressemble au monde d’aujourd’hui en raison du sentiment d’oppression, ainsi que du désir qu’éprouvent tant de gens de trouver des réponses pour étancher la soif de savoir qui anime l’âme », a écrit la Maison universelle de justice dans son message du Riḍván 2018.