Ouverture d’un nouvel établissement d’enseignement au temple bahá’í du Lotus

January 25, 2018

NEW DELHI, Inde — La maison d’adoration bahá’íe est une institution qui noue un lien intime entre l’adoration de Dieu et le service à l’humanité. Au temple du Lotus à New Delhi, cette relation devient plus tangible avec l’inauguration d’un nouveau centre éducatif sur son terrain.

« Le but de ce centre est de bâtir une communauté », explique Shaheen Javid, directeur de la maison d’adoration. Le centre éducatif, qui peut recevoir des centaines de personnes, sera utilisé pour accueillir des camps, des cours et des séminaires pour les jeunes et les jeunes adultes qui participent aux efforts visant à améliorer leurs communautés.

Inspirés par les principes bahá’ís d’unité de l’humanité et de justice, des milliers de jeunes à Delhi sont au cœur d’activités communautaires de grande envergure. Dans toute la ville, ces jeunes gens donnent des cours pour l’éducation spirituelle des enfants qui leur permet d’acquérir une profonde compréhension de l’unité de tous les peuples, races et religions. Ils travaillent aussi avec les jeunes juniors pour développer leur facilité à s’exprimer et leurs capacités à servir leurs communautés.

« Le but de ce centre est de bâtir une communauté »


Shaheen Javid, directeur de la maison d’adoration

Au-delà de leur engagement pour la génération suivante, de nombreux jeunes organisent des réunions de prière qui rassemblent les voisins et favorisent l’harmonie sociale. Ils accueillent et participent également à des cours qui permettent aux adultes d’explorer la nature spirituelle de l’existence et d’agir concrètement au service de leurs communautés et de la société.

« Ces jeunes qui sont engagés dans ce processus commencent à réaliser l’importance du progrès spirituel, a déclaré Carmel Moghbelpour, directrice du Bureau d’information de la maison d’adoration. Maintenant, quand ils étudieront dans ce nouvel établissement, ils pourront commencer chaque jour par des prières dans le temple.

« Ils travaillent ensemble pour transformer leur vie intérieure et leurs conditions extérieures. »

Diapositives
6 images
‘Abdu’l-Bahá a appelé les maisons d’adoration bahá’íes « les orients de lumière ».

Le besoin de plus d’espace pour se rassembler, travailler, étudier et prier a commencé à se faire sentir alors que le nombre de jeunes touchés par cette vision d’unité et de paix augmentait à New Delhi. Auparavant, des programmes, des séminaires et des cours se tenaient sur le terrain de la maison d’adoration de façon ponctuelle, en utilisant des installations qui avaient été construites à d’autres fins, telles que l’hébergement du personnel du temple. Avec l’ouverture du nouveau centre d’éducation, un plus grand nombre qu’auparavant de personnes pourront participer à ces programmes.

« Avoir un mouvement dynamique et florissant de jeunes gens dévoués au service de leurs communautés, dont beaucoup viennent des quartiers environnants, se rencontrent et apprennent ensemble, ici à l’ombre du temple, c’est quelque chose de très spécial. Cela nous donne un aperçu de ce que signifie avoir une maison d’adoration où une communauté peut s’orienter vers le service et s’unir dans la prière », a déclaré Tabriz Alam, qui aide à la coordination des efforts éducatifs bahá’ís à New Delhi.

Au-delà de l’ouverture du centre éducatif, il y a eu d’autres développements importants à la maison d’adoration. L’accès au temple de New Delhi a été récemment facilité par l’ouverture d’une nouvelle ligne de métro avec une station à proximité. La dernière fois que l’accès par le métro a été amélioré, en 2010, le nombre de visiteurs annuels du temple est passé de 3 à 5,6 millions. Le personnel de la maison d’adoration prévoit une hausse spectaculaire similaire du nombre de personnes avec l’ouverture de la nouvelle ligne.

Le temple de New Delhi, inauguré en 1986, reçoit entre 10 000 et 15 000 visiteurs en semaine et plus de 35 000 le week-end. C’est l’une des huit maisons d’adoration bahá’íes continentales dans le monde. Ces édifices, y compris les temples locaux et nationaux qui commencent à émerger, incarnent les concepts d’unité et d’unicité et se dressent tels des phares dans leurs communautés.